Conseil général de la Dordogne

GO
A A A

Le Tour de France 2017 passe en Dordogne :-)

Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Aménagement du territoire  |  Les Routes  |  Entretien routier  |  L'entretien des routes, comment ça marche ?
page précédente

L'entretien des routes, comment ça marche ?

page suivante
Une équipe de l'entretien des routes en Dordogne

Moins spectaculaire que la construction d’un ouvrage d’art ou la réalisation d’un contournement urbain ou d’un nouveau rond-point, l’entretien des chaussées est indispensable au maintien en bon état du réseau routier. Le Conseil général y consacre cette année 10 M€.

Dès le mois de mars et jusqu’en octobre, ou novembre, selon les conditions météo, les unités d’aménagement de la direction des routes du Département vont mettre en œuvre le programme d’entretien des revêtements de chaussées validé lors du vote du budget primitif fin janvier.

Ce programme a été préparé dès l’automne précédent à partir des propositions remontées du terrain et qui sont affinées par des études techniques qui permettent d’établir les priorités.

Une logique de continuité d’itinéraire est également prise en compte pour la cohérence des programmes successifs.


Trois techniques différentes, confiées à trois entreprises privées par le biais de marchés à commandes sont utilisées selon la nature des réparations à effectuer et l’importance du trafic.


LES ENROBÉS (ou bétons bitumineux). Pour des raisons environnementales, la technique d’enrobé à chaud (pose à 150°) cède aujourd’hui le pas à la technique tiède (110°) moins énergivore. En 2012, une Convention d’Engagement Volontaire (CEV) a été signée à ce sujet entre le Département et les représentants des professions des travaux publics. Si le revêtement est très dégradé, il peut être « raboté » avant la pose d’un nouvel enrobé (on parle de rechargement). Autre alternative encouragée par la CEV, la réutilisation sur place du bitume raboté auquel est rajouté un produit liant. C’est le retraitement en place. La pose des enrobés est réservé aux axes principaux au trafic poids lourds important. L’épaisseur moyenne d’un enrobé est de l’ordre de 6 cm. Ils seront mis en œuvre sur 41 km en 2014, pour un montant de 6 M€.


LES COULIS, il s’agit de matériaux bitumineux mais coulés à froid : 113 km (3 M€) seront réalisés en 2014.


LES ENDUITS, réservés aux itinéraires les moins fréquentés : 54 km (1 M€) en 2014.
Ces deux techniques du coulis et des enduits consistent à la mise en œuvre de matériaux sur une fiable épaisseur d’environ un centimètre. Ainsi, lors de leur application, si la surface de la route est trop dégradée, il est nécessaire d’effectuer au préalable des travaux de préparations, purges ou rechargements, puis de laisser la chaussée se stabiliser (mûrir) pendant un an, avant d’appliquer le nouveau revêtement. D’où cette fausse impression, que pourrait avoir l’usager, de travaux non achevés.
Ces chantiers sont complétés, si nécessaire, par la remise en état (rechargement) des accotements et la mise à niveau de la signalisation : marquage au sol, panneaux...


SÉCURITÉ – Chaque chantier d’entretien, de réparations ponctuelles (les nids-de-poule) ou de fauchage et d’élagage fait l’objet d’une signalisation appropriée informant les usagers de la route. Il est important de respecter cette signalisation mise en place et de ne pas chercher à forcer le passage. Des comportements malheureusement inciviques voire irréfléchis peuvent mettre en danger la vie de ces agents ainsi que celle des usagers de la route.

L’entretien des bords de routes :
Autant que nécessaire et aussi peu que possible : c’est le principe de la gestion raisonnée de l’entretien des bas côtés et des haies au bord des routes départementales (les « dépendances vertes » dans le langage des techniciens). L’objectif est en effet de concilier impératifs de sécurité et protection de la biodiversité. Ainsi les actions d’élagage, qui débutent en août, s’arrêtent-elles à la mi-mars, pour favoriser la nidification. De même, l’essentiel des actions de fauchage s’effectue seulement d’avril à juillet, lorsque la pousse est la plus importante.
 

 

Nos bureaux : Direction des routes et du Patrimoine Paysager 99 Avenue WINSTON CHURCHIL
24660 COULOUNIEIX-CHAMIERS
Nous écrire : Direction des Routes et du Patrimoine Paysager 2 rue Paul-Louis Courier – CS11200
24019 Périgueux Cedex
Tél.  05.53.06.87.00  /  Fax.  01.46.52.55.48 nous écrire
Documents liés

© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.