Conseil départemental de la Dordogne

GO
A A A
Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Culture & sport  |  La culture pour tous  |  Les sites patrimoniaux  |  Le château de Bourdeilles
page précédente

Le château de Bourdeilles

page suivante

Un ensemble castral

Le Château de Bourdeilles

Une des quatre baronnies du Périgord (avec Beynac, Biron et Mareuil), l’ensemble castral de Bourdeilles, sur une falaise dominant la rivière Dronne, comprend le château comtal médiéval et le château baronnial Renaissance. Classé Monument Historique en 1919 il est donné au département de la Dordogne par les héritiers des marquis de Bourdeille en 1962.
 
Des querelles au sein de la famille des Bourdeille dès le XIIIe siècle expliquent la division du site. La forteresse médiévale est construite par un proche du roi de France, Géraud de Maulmont, qui en prend possession en 1283. Enjeu militaire important sur une zone stratégique, elle est ensuite occupée par le roi Philippe le Bel qui l’équipe d’un système défensif, puis par les comtes de Périgord. Après la guerre de Cent Ans les barons reprennent la tête du castrum et Jacquette de Montbron, veuve d’André de Bourdeille, sénéchal du Périgord, construit à partir de 1589 sa demeure à côté du château comtal.
 
Les communs, bâtiment du XVIIe siècle réaménagé au XIXe, ont été réhabilités en 2009 pour y installer l’accueil touristique. La visite commence par le château médiéval composé d’un vaste corps de logis et d’une haute tour qui domine le bourg et la campagne environnante. Une enceinte équipée d’archères à niches et mâchicoulis constitue le système défensif. L’imposant château Renaissance, qui tire parti des innovations architecturales du milieu du 16e siècle dans son plan et son décor, a été laissé inachevé à la mort de la baronne de Bourdeille. De forme parallélépipédique, il s’élève sur trois niveaux visitables, avec appartements et salles de réception meublés.

Une collection mobilière

 
Le site de Bourdeilles fut ouvert à la visite en 1967 après l’installation dans le château Renaissance des meubles de la collection Santiard-Bulteau, léguée au Conseil général. Composée d’objets allant du gothique tardif au XIXe siècle, elle meublait auparavant le château de la Treyne, dans le Lot.
 
La distribution des espaces du château correspondait à l’origine à des fonctions domestiques et sociales : appartements au sud, salles de réception au nord. On ne sait rien du mobilier qui les a occupés jusqu’au XVIIIe siècle. La demeure de Jacquette de Montbron a reçu des aménagements intérieurs du XVIIe au XIXe siècle, correspondant aux changements de mode de vie. Au rez-de-chaussée la grande salle de réception a été divisée en salle à manger et chambre au XVIIe siècle, et un appartement a été transformé en cuisine et ses annexes au XIXe siècle.
 
A l’arrivée de la collection en 1967, les salles du château ont changé de fonction pour se plier à la nature des œuvres qu’elles recevaient. Au rez-de-chaussée la salle à manger a été nommée « salle d’armes » pour y justifier l’installation d’équipements guerriers, la cuisine « chapelle » après qu’on y eut déposé des œuvres religieuses. Au 2ème étage on a appelé la salle de réception « chambre de Charles Quint » en raison du mobilier de style espagnol qui y a pris place.

 









  • L
  • L
  • Le donjon et la cour d
  • La salle haute de la forteresse médiévale avant restauration © Région Aquitaine, Inventaire génér...
  • Le château renaissance © CD24 ; 2014
  • Le "salon doré" du château renaissance © CD24 ; 2011
  • Les communs réhabilités en espace d
Direction Générale Adjointe de la Culture, de l'Education et des Sports - Conservation du patrimoine Courrier à adresser : Hôtel du Département, 2 rue Paul-Louis Courier - CS11200
24019 Périgueux Cedex
Direction Générale Adjointe de la Culture, de l'Education et des Sports - Conservation du patrimoine Bureaux situés : Espace culturel François Mitterrand
2 place Hoche, 24000 Périgueux
Tél.  05.53.02.01.88  /  Fax.  01.46.52.55.45 nous écrire
Ces pages vous intéressent peut être :

© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.