Conseil départemental de la Dordogne

GO
A A A
Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  _infos  |  actus
page précédente

Sapeurs-pompiers de Dordogne : des mesures fortes pour la protection des Périgoudins !

page suivante

Une priorité : la sécurité des Périgourdins.

En Dordogne, 226 pompiers professionnels et 1350 volontaires, appuyés par une centaine de personnels administratifs, effectuent environ 25 000 interventions par an. Comme sur le plan national, une large majorité d’entre elles (85%) correspond à des secours aux personnes malades, blessées principalement lors d’accidents de la circulation, intoxiquées ou noyées. S’y ajoutent des opérations liées à des menaces nouvelles, terroriste par exemple, et à des risques témoins de notre époque, de type technologique et environnemental, ainsi que l’a mis en lumière l’accident industriel de Rouen.

A l’instar d’autres professions, le métier de sapeur-pompier est un métier à risques qui justifie des rémunérations supérieures à celles des autres titulaires de la fonction publique territoriale. Ainsi, dès son recrutement, un caporal professionnel perçoit une rémunération mensuelle de l'ordre de 1 700 € nets par mois et son déroulement de carrière le situera à un niveau environ supérieur de 400 € par mois à la moyenne des agents publics de même catégorie.

Il y a quelques mois, les sapeurs-pompiers professionnels initiaient un mouvement social répondant à un mot d’ordre national de grève. Leurs revendications s’adressent pour une large part à l’Etat, notamment pour ce qui concerne leur système de retraite et la revalorisation de la « prime de feu », et pour l’autre aux Conseils départementaux, employeurs, pour ce qui a trait en particulier aux effectifs et aux conditions de travail.

Principal financeur du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS), le Département de la Dordogne assure sa modernisation pour garantir une haute qualité de service et améliorer les conditions de travail des personnels. En 2019, il lui a apporté son concours à hauteur de 17,35 millions d’euros, pour un budget global de fonctionnement de 35 millions d’euros. En 20 ans, sa contribution a triplé. La part des communes s’élève, quant à elle, à 14.3 millions d’euros.

Afin d'apporter une réponse opérationnelle de qualité sur tous les cantons, plus de la moitié des centres de secours ont été reconstruits, le tournant du numérique a été pris avec le centre d’appel d’Atur et le matériel a été largement renouvelé avec plus de 2 millions d’euros investis chaque année.

 

La sécurité n’a pas de prix. En revanche, elle a un coût.

Recevant à plusieurs reprises les organisations professionnelles, Serge Mérillou, président du SDIS, et François Colomès, directeur, ont rappelé l’importance de l’engagement du Département en faveur du SDIS de la Dordogne. Tous ont partagé le même constat : la cause majeure des difficultés des pompiers tient à l’augmentation croissante du nombre des interventions qui ne relèvent pas directement de leur champ de compétences. Les exemples sont légion, qu’il s’agisse d’aider à relever une personne âgée ayant chuté à son domicile ou encore de récupérer un animal sauvage mort sur une route.

Le recours quasi systématique aux pompiers, quel que soit l’aléa, trouve son origine dans les effets de la désertification médicale, mais aussi dans l'évolution des comportements individuels. L’une des solutions passe par une meilleure régulation des secours entre les acteurs de santé et une nouvelle organisation de l’offre médicale dans les territoires.

C'est pourquoi les élus du SDIS formulent des demandes appuyées à l'Etat consistant :

  • à apporter des solutions en vue d'améliorer le secours à personne relevant de l'hôpital et donc des financements « sécurité sociale »,
     
  • à veiller à ce que les sapeurs-pompiers ne soient pas la variable d'ajustement de la régulation médicale, en renforçant notamment les moyens affectés au SAMU et aux SMUR.

La complémentarité entre professionnels et volontaires constitue la force de notre modèle de sécurité civile. Dans notre département rural, le volontariat doit être encouragé car il permet d’assurer un secours de proximité et de resserrer les solidarités locales.

 

Un effort budgétaire inédit d'1 million d'euros supplémentaire.

Lors du Conseil d’administration du 23 décembre dernier, le Département s’est engagé à augmenter les effectifs des pompiers professionnels et à revaloriser leurs rémunérations. Ce sont des décisions conséquentes, prises dans un contexte financier que tout le monde sait difficile et contraint pour l’ensemble des collectivités locales et les Départements en particulier.

Ces choix réaffirment clairement le soutien solide et constant du Département en faveur des sapeurs-pompiers autour d’un unique objectif : l’amélioration de la réponse opérationnelle au service de la sécurité des Périgourdins.

 

Des mesures fortes pour améliorer la qualité des secours.

  • Augmentation de 9 % des effectifs professionnels grâce au recrutement de 20 nouveaux sapeurs-pompiers professionnels sur 3 ans (dont 10 dès 2020). Avec 8 postes budgétés qui seront pourvus dès 2020, ce sont donc 18 sapeurs-pompiers professionnels qui seront recrutés cette année.
     
  • Affectation et indemnisation de 62 sapeurs-pompiers volontaires supplémentaires, mobilisables en astreinte.
     
  • Augmentation de la prime de feu (de 19 à 22.5 %) dès que cette possibilité sera décidée par le gouvernement.
     
  • Attribution de l'IAT (Indemnité d'Administration et de Technicité) aux agents réalisant des gardes de 24 heures.
     
  • Augmentation de 10 % de l'indemnisation des gardes postées réalisées par les sapeurs-pompiers volontaires.

 


© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.