Conseil général de la Dordogne

GO
A A A
Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Culture & sport
page précédente

Alain Carrier s'affiche

page suivante

Alain Carrier, l’un des plus grands affichistes du XXe siècle

 

Exposition organisée par le Conseil départemental de la Dordogne en partenariat avec l’Association des Amis d’Alain Carrier
du 11 au 26 août 2017
Espace culturel François Mitterrand Périgueux
entrée libre | du mardi au samedi, de 13h à 18h (fermé le 15 août)

 

Affichiste de profession, Alain Carrier, né en 1924 à Sarlat, est l’un des créateurs publicitaires les plus prolifiques de son époque. Cet élève de Paul Colin, à la jeunesse résistante, a également mis son talent au service de causes humanitaires et de la défense des droits de l’homme.


L’exposition proposée à l’espace culturel François Mitterrand par le Conseil départemental de la Dordogne, en partenariat avec l’association des Amis d’Alain Carrier, montre toutes les facettes de son travail d’affichiste, des créations publicitaires aux oeuvres plus engagées, avec un éclairage particulier sur ses recherches plus personnelles (nus, travaux sur liège...).

 

 

Biographie

Né à Sarlat en 1924, Alain Carrier s’intéresse très tôt au dessin. À 16 ans, il abandonne l’école pour s’engager dès 1940 dans la Résistance.

 

Le Café du Palais à Sarlat, tenu par ses parents, sera un lieu propice à de nombreuses rencontres avec des figures locales aux personnalités différentes : maquignons, artisans ou notables s’y croisent, ainsi que des célébrités de passage en Périgord. Paul Éluard, Georges Simenon ou Henry Miller viennent à l’occasion y prendre un verre. Alain Carrier y rencontrera André Malraux, qui lui demandera, quelques années plus tard, des portraits du Général de Gaulle.

 

C’est également au Café du Palais qu’Alain Carrier fera la connaissance de Joseph Bénari, directeur artistique pour l’Europe d’une société de production mythique, la Métro Goldwyn Mayer. Engagé dans la Résistance, il restera caché dans la famille d’Alain Carrier, avec qui il partagera sa chambre-atelier. La complicité entre les deux hommes encouragera Alain Carrier dans sa vocation artistique. Après la guerre, Joseph Bénari présentera Alain Carrier à Paul Colin, affichiste de renom, auteur, entre autres, de la Revue Nègre de Joséphine Baker et dont il deviendra un temps l’assistant.

 

Tout au long de sa carrière, la route d’Alain Carrier croisera celle d’autres grands affichistes, tels que Bernard Villemot, créateur pour Orangina ou Raymond Savignac, auteur de campagnes pour Bic ou Perrier.

 

C’est à la demande de la chanteuse Anne Chapelle qu’Alain Carrier créera sa toute première affiche. Cette commande lancera sa carrière, lui procurant une cinquantaine d’autres demandes simultanément : Bourvil, Édith Piaf... Il a également conçu de nombreuses pochettes de vinyles, en particulier pour  Pathé-Marconi, avant d’occuper des postes de directeur artistique des magasins Au Printemps ou de directeur de la communication chez Havas.

 

Il s’est aussi engagé pour des campagnes humanitaires, sur la défense des droits de l’homme ou de la santé, pour lesquels il n’a jamais demandé la moindre rétribution.

 

Artiste avant tout, il maîtrise l’essentiel des techniques de création : pastel, aquarelle, huile, tapisserie, photographie, sculpture... Mais le dessin reste son expression favorite. Il définit avec deux mots une règle absolue qu’il appliquera à l’ensemble de son œuvre : immédiateté et simplicité.

 

 


© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.