Conseil départemental de la Dordogne

GO
A A A
Vous êtes ici : Servir les citoyens  |  Présentation du procédé expérimental Recysoil
page précédente

Présentation du procédé expérimental Recysoil

page suivante

La création du lien de Saint-Crépin-et-Carlucet fait partie de la 4e vague de montée en débit menée par le SMPN. Il s’agit ici d’un chantier de plus de 210 000 € attribué à Sade avec ERCTP en sous-traitant.
Cette opération vient compléter l’opticalisation de la tête de réseau (NRA) de Salignac-Eyvigues par l’opérateur Orange pour 120 000 €.


Le fibrage du PRM (Point de raccordement mutualisé) de Saint-Crépin-et-Carlucet est une des 200 opérations de Montée en Débit (MeD) menées par le Syndicat Mixte Périgord Numérique sur l’ensemble du Département de la Dordogne.
Les abonnés desservis (194 lignes) par le PRM, bénéficieront d’une augmentation du débit fourni sur le réseau cuivre. Lorsque le FTTH sera déployé sur la commune (phase 2 : achèvement des travaux entre 6 et 12 ans - année zéro 2015), le THD à 100 Mbps, rejoindra toutes les habitations de la commune.


La montée en débit n’est pas un chantier local isolé mais fait partie du projet global de couverture en Très Haut Débit (THD) du territoire. Il contribue à la modernité et au dynamisme économique de la Dordogne. Le fibrage du département est le projet prioritaire de cette mandature.


Au-delà des enjeux de la nouvelle économie numérique, le THD permet aussi de désenclaver les territoires isolés en leur donnant la possibilité de participer de plain-pied aux nouvelles formes de communication et de travail. La fibre casse toutes les distances. L’objectif affiché est de mettre nos territoires ruraux à égalité de connexion avec les métropoles.

 

Un chantier expérimental
Dans le cadre du déploiement de la fibre optique par le Syndicat Mixte Périgord Numérique, l'entreprise ERCTP de Boulazac et le constructeur de trancheuses Maris réalisent un chantier expérimental avec le procédé « Recysoil-Marais ».
Aujourd'hui, les déblais issus des tranchées sont évacués vers des lieux d'enfouissement : cela représente des volumes de déchets importants. Ces matériaux sont ensuite remplacés par des mortiers en provenance de centrales à béton parfois éloignées de dizaines de kilomètres du chantier. Les impacts induits sont très importants, notamment au niveau économique (transport, carburant, gestion…) et environnemental (pollution, nuisance, sécurité…)
Dans le cadre de ce chantier ERCTP en Dordogne, la société Marais souhaite valider ses travaux de R&D qui visent à mettre au point des ateliers mobiles positionnés derrière la trancheuse, pour transformer in situ les déblais en mortier autoplaçant de qualité équivalente à ceux en provenance de centrales à béton.

 

 

Documents liés

© 2011 Conseil départemental de la Dordogne.
Tous droits réservés.