Groupe Le rassemblement de la Dordogne

...

Janvier 2016

Après une année marquée à jamais dans nos coeurs et nos esprits, l’ensemble des élus du groupe « Le Rassemblement de la Dordogne » vous présente tous ses voeux de bonheur, de santé et de réussite pour vous et vos proches.
Notre groupe d’opposition, en action au lendemain des élections départementales, a souhaité participer aux différents échanges et débats menés par la majorité socialiste afin que nous puissions construire ensemble un avenir serein, sincère et rigoureux et ce dans l’intérêt des Périgourdins.
Mais on ne nous entend pas… !
Les Assises Départementales engagées par Germinal Peiro n’ont été qu’un exercice de communi cat ion supplémentaire sans concrétisation.
Dans un contexte budgétaire déjà très tendu par la baisse des dotations de l’Etat, l’avenir des investissements sur notre territoire demeure plus que fragile ; à l’heure des réductions de subventions aux secteurs associatifs, aux communes, au tiers et à une pression fiscale toujours plus forte, les socialistes tentent de nous convaincre d’un avenir meilleur pour notre département, qui est depuis le 1er janvier noyé dans la nouvelle grande Région.
Ils nous ont caché la vérité et maintenant ils vont pouvoir dérouler leur tapis de hausse d’impôts.
Nous serons alors vigilants à ne pas être oubliés et nous poursuivrons les engagements pris devant nos électeurs, à savoir réduire les dépenses de fonctionnement et rendre plus équitables les investissements indispensables notamment au désenclavement de notre département.

 

Thierry Boidé
Président du Groupe le Rassemblement de la Dordogne
Tél.  05 53 02 20 30

 

Septembre 2015

Après avoir caché la vérité durant la campagne de mars, nous voilà confrontés à la réalité ; notamment au sujet de la dette (430 millions d’euros) mais aussi de ce qui est dû aux communes et collectivités, à savoir 100 millions d’euros.


Les Assises Départementales n’ont pour but que de masquer cette dure réalité. Bien évidemment nous y participerons mais nous serons vigilants et attentifs  pour  demander à ce que les impôts n’augmentent pas, que l’aide aux communes soit maintenue en l’état, que le haut débit se développe à court terme et qu’il y ait une augmentation de l’investissement sur nos routes départementales qui en ont bien besoin ; il en va de la survie de notre Département afin de développer l’emploi et de maintenir le pouvoir d’achat de nos concitoyens.


Le seul moyen de réaliser tout cela est de diminuer de manière conséquente les dépenses de fonctionnement inutiles et exagérées et ce n’est pas en recrutant un chargé de mission que la majorité montre la voie.


Il est regrettable, que la première décision prise par le Président du Conseil départemental soit ce recrutement.


Nous serons force de propositions afin d’aider les  Périgourdins à ne pas subir la politique départementale catastrophique menée par les socialistes depuis des décennies.

 

Thierry Boidé
Président du Groupe le Rassemblement de la Dordogne
Tél.  05 53 02 20 30

Septembre 2020

Personne ne peut aujourd'hui remettre en cause la nécessité de réformer en profondeur notre Pays tant au niveau des mesures structurelles que de la simplification de nos institutions. La forte abstention aux dernières élections européennes est aussi la traduction d'un désintérêt à l'égard de notre personnel politique. Tout doit donc être mis en œuvre pour renouveler et consolider les liens entre la population et ses élus, en particulier en zone essentiellement rurale comme la Dordogne.


La réduction du nombre de régions, des intercommunalités plus fortes, des compétences clairement identifiées entre les différentes collectivités semblent dès lors incontournables, sous la réserve que ces mesures se traduisent par plus d'économies et plus d'efficacité.


Pour autant, alors qu'on nous annonce la disparition des Conseils Généraux à l'horizon 2020 et qu'entre temps il semblerait qu'on les vide progressivement de leurs substances, il est de notre devoir de défendre nos territoires ruraux malmenés par ces propositions.


Avec un nouveau mode de scrutin basé sur un binôme intervenant sur de nouveaux cantons sans véritable fondement historique ou géographique, avec de réelles incertitudes quant au rôle des Conseils Généraux à partir de 2015 et sur les moyens financiers dont ils disposeront, les interrogations sont nombreuses et mériteraient une large consultation des élus et de la population.


Un tel changement dans nos institutions qui nous impactera pour des décennies mérite en effet mieux que des redécoupages griffonnés par quelques technocrates sur un coin de table parisienne ou qu'un débat démocratique tronqué.


Les Conseillers généraux de l'UDD participeront en tout cas à toute réflexion dans ce domaine et, à défaut, en prendront même l'initiative dans les semaines et mois à venir.

 

Groupe de l’Union des Démocrates de la Dordogne (UDD)
Contact : 05 53 02 20 30
p.favard@dordogne.fr

 

Septembre 2014

Alors que notre département passera de 50 à 25 cantons à l’horizon 2016, le gouvernement socialiste en place tente de nous convaincre de la probante efficacité économique de la nouvelle organisation territoriale.

Il emploie tous les moyens dont il dispose, sans aucune concertation avec les différents groupes politiques, au risque de bafouer la constitution évitant ainsi une confrontation directe au mépris de la population.

Le redécoupage cantonal de la Dordogne tel qu’il est défini, notamment sur le nouveau mode de scrutin basé sur un binôme n’assure en rien l’égalité «hommes-femmes », mais permet au Parti socialiste d’améliorer ses positions au sein de l’assemblée départementale.

Ce nouveau découpage est d’un ridicule achevé, car changer le mode de scrutin et les territoires cantonaux est totalement absurde alors que dans le même temps on nous annonce la disparition à court terme et vraisemblablement dès 2020 du Département avec le transfert de ses compétences à l’Etat, à la Région et aux intercommunalités. Affirmer que cette manipulation permettra des économies est une contrevérité ou alors, il faudra supprimer des services à la population ou les réduire de façon drastique.

Conscient du mauvais coup porté à notre Département, Germinal Peiro a dressé un « rideau de fumée ; ainsi le groupe de travail à son initiative, mené à l’Assemblée nationale sur le maintien des conseils généraux dans les territoires ruraux, n’est qu’un moyen d’asseoir un peu plus le Parti socialiste avec les pleins pouvoirs ; cette nouvelle fonction des conseillers généraux dans les territoires ruraux est complètement absurde et les grands perdants de sa proposition seront les Périgourdins.

Quant au redécoupage des régions, nous ne pouvons que constater et regretter la décision unilatérale du gouvernement. Ainsi définie, cette « rocambolesque organisation » ne permettra ni économie ni réduction de la fiscalité mais réduira la proximité entre l’Elu et le citoyen. Il n’y a là aucune simplification du millefeuille administratif alors qu’il est souhaitable de clarifier les compétences de chacun.

Face à de telles incohérences, les Conseillers Généraux de l’UDD ont donc déposé un recours auprès du Conseil d’Etat contre cette nouvelle organisation dénuée de sens et poursuivront leurs actions dans l’intérêt de notre territoire et de la population.

Thierry BOIDÉ
Président du Groupe Le rassemblemement de la Dordogne
Tél.  05 53 02 20 30

Janvier 2013

Les périodes de vœux sont le plus souvent, pour les élus, l’occasion d’exprimer un certain nombre de souhaits. Les six derniers mois de l’année 2012 nous laissent à penser que 2013 sera hélas une année de craintes plus que d’espoirs. Une année de craintes parce que le Gouvernement, soutenu par tous les parlementaires de Dordogne et par la majorité au Conseil général, a choisi de mener une politique idéologique, clivante et extrêmement conservatrice pour laquelle, par exemple, ceux qui travaillent, qui produisent, qui entreprennent, qui investissent seraient avant tout des profiteurs ou des nantis. Matraquant aujourd’hui comme jamais les ménages et les entreprises avant de s’attaquer demain aux collectivités locales, le Gouvernement qui navigue sans véritable cap, met sous l’éteignoir tout espoir de reprise dans notre pays. Avec la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires, la hausse des impôts, de la TVA, la baisse des pensions pour 7.5 millions de retraités, le Gouvernement attaque directement le pouvoir d’achat des Français, de tous les Français, en particulier ceux issus des classes populaires et des classes moyennes.

Ici, en Dordogne où le taux de chômage bat, presque chaque mois, tous les records, les élus de gauche n’ont qu’un mot à la bouche : « héritage ». Comme si l’anti-sarkosysme de mai et de juin pouvait en cette fin d’année 2012 et en ce début d’année 2013 justifier toutes les injustices gouvernementales, toutes les erreurs, tous les manquements.

Sourds aux conseils et aux recommandations, le Gouvernement et ses soutiens locaux s’entêtent désespérément dans leurs mauvais choix.

Tout espoir n’est cependant pas perdu quand on connaît la capacité des Français, des Périgourdins à ne pas se laisser bercer d’illusions et à exiger des changements radicaux.

C’est fort de cet espoir que l’ensemble des élus de l’Union des Démocrates de la Dordogne vous adresse leurs meilleurs vœux de santé, de bonheur et de réussite.

Thierry BOIDÉ
Président du Groupe Le rassemblemement de la Dordogne
Tél.  05 53 02 20 30