Ajouter au bloc-note

Le Département, soutien de l'activité économique en Périgord Vert

Le Département est un soutien incontournable des entreprises du territoire. A travers ses aides à l'investissement, il permet à des entreprises de se développer et de maintenir de l'emploi en milieu rural. Exemple avec la scierie Rouisi et la Minoterie Mazeau, toutes deux implantées en Périgord Vert.

Publié le

Implantée depuis 1990 un peu à l'écart du village du Bourdeix, en lisière de bois, la scierie Rouisi s’est d’abord spécialisée dans l’exploitation forestière, la scierie et le négoce de bois. Elle commercialise principalement des sciages (traverses, avivés, merrains, charpentes, palettes) et des connexes de scierie (écorce, sciures) pour l'activité de transformation.

L'entreprise, qui compte cinq salariés, s’est engagée dans la chaîne de contrôle PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) depuis 2012.

Cette année, elle a souhaité augmenter et diversifier sa production avec la fabrication de nouveaux produits : le piquet en châtaignier ou en acacia, un secteur en pleine évolution, afin de répondre à une demande grandissante.

A cet effet, elle a créé un nouveau bâtiment et a investi dans différentes machines telles qu'une écorceuse à piquets, un fendeuse, une scie et appointeuse, et a procédé à des aménagements afin d'automatiser et d'harmoniser sa production. 

Son investissement s'élève à un peu plus de 100.000 €. Pour le réaliser, elle a bénéficié d'une aide du Département de la Dordogne de 19.979 €.

Cinq générations se succèdent

Autre entreprise pourvoyeuse d’emploi en Périgord Vert, ayant bénéficié du soutien de la collectivité, la minoterie Mazeau à Saint-Saud-Lacoussière, qui appartient à cette famille depuis 5 générations.

L’entreprise, qui emploie 5 salariés, transforme 2.500 T de blé, pour une production optimale de 15T de blé par jour.

Elle distribue 60 % de ses farines auprès de boulangers de Dordogne et sur les départements limitrophes, 21 % dans les grandes et moyennes surfaces et 18 % dans l'industrie agro-alimentaire, notamment pour la fabrication de cannelés.

Grâce à une aide du Département de 9.716 €, elle a pu investir dans l’automatisation de l’ensachage et de la palettisation des farines. L'investissement global s'élevant quant à lui à 43.044 € H.T.